Kansai VS Kantō : que mangerez-vous au goûter pour Kodomo no hi ?

Comme au moment des hanamis, il faut choisir son camp entre Kansai et Kantō lors de Kodomo no hi (la fête des enfants) !

Les deux régions rivales ont en effet chacune leur propre spécialité de wagashi (pâtisserie traditionnelle) pour cette fête qui a lieu le 5 mai.

Dans le Kansai, c’est le chimaki (粽) qui est la star : un mochi (gâteau de riz gluant) roulé dans une feuille de bambou ou de sasa et cuit à la vapeur.

(©️いらすとや)

Autrefois, ce sont les feuilles d’une plante appelée chigaya qui étaient utilisées, d’où le nom chimaki (« chi » de chigaya + « maki » qui signifie enroulé).

Il s’agit d’une pâtisserie d’origine chinoise dont l’histoire remonte au IIIème siècle avant J-C. Selon la légende telle qu’elle est racontée au Japon, le poète et politicien Kutsu-Gen (屈原) se serait suicidé en se jetant dans une rivière ; le peuple aurait ensuite pris l’habitude de préparer des chimaki pour les manger ou les jeter en offrande dans la rivière chaque année le 5 mai, date anniversaire de sa mort. Oui, ce n’est pas super gai comme origine.

Le chimaki aurait été transmis au Japon au moment de l’ère Nara lorsqu’ont été introduits les festivals de saison dont fait partie la fête des enfants (fête des bateaux-dragons en Chine) – ce qui explique pourquoi il se serait principalement implanté dans la région du Kansai.

Yeaaaah, Heijokyū is in the place 🙌

Dans le Kantō, place au kashiwa-mochi (柏餅) dont le nom signifie mochi-chêne.

Il s’agit d’un mochi nature fourré d’une pâte de haricots rouges lisse (koshian) ou en morceaux (tsubuan) et enveloppé d’une feuille de chêne.

L’origine des kashiwa-mochis remonte apparemment à l’ère Edo. Cette pâtisserie consommée lors des grandes occasions par les familles de samouraïs serait devenue dans le Kantō le goûter officiel de la fête des enfants.

Comme pour les chimakis, il semble qu’à l’origine ce sont les feuilles d’un autre arbre (le « smilax china » ou サルトリイバラ) qui étaient utilisées pour envelopper les mochis. Difficiles à trouver en ville en quantité suffisante, elles ont été remplacées par celles du chêne et boum ça a fait des kashiwa-mochis.

Apparemment la version d’origine ressemblait à ça (©️いらすとや)

Les feuilles de chêne sont réputées ne pas tomber de l’arbre jusqu’à ce que de nouvelles feuilles commencent à pousser. Elles symbolisent donc la fertilité et la pérennité de la famille.

Très bon en version mochi à l’armoise également

Personnellement, j’ai fait mon choix : je prendrai des deux et même plusieurs fois !

Après tout, dans les décorations traditionnelles de Tango no sekku, il y a souvent les deux, ça veut bien dire que les deux pâtisseries peuvent coexister en harmonie ?

(En plus, dans les deux cas les feuilles ne se mangent même pas ! 😅)

Pssst, si la fête des enfants est un sujet qui vous intéresse, n’hésitez pas à checker mon article sur une autre tradition importante de ce jour : le bain aux feuilles de shōbu !

Et plus d’infos sur cette fête sur le blog d’Eva de Frenchy Nippon 💙

3 commentaires sur « Kansai VS Kantō : que mangerez-vous au goûter pour Kodomo no hi ? »

  1. Justement, j’allais demander si les feuilles se mangeaient. 😆 On dirait qu’elles sont glacées au sucre, je me trompe ? N’ayant jamais goûté ces petites douceurs, je prendrais aussi les deux. Comme ça pas de jaloux.
    Bonne fête des enfants ! En espérant que la pluie se calme un peu en ce 5 mai.

    Bises et prenez bien soin de vous.

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez votre site Web avec WordPress.com
Commencer
%d blogueurs aiment cette page :